Dans ce regard

"Et puis soudain"... (poème acide)

© Régis B.

 

 

… Et puis soudain je hurle :

 

Le grain vif, et amer

                        De ma maladie

A cessé de se taire, monte

Et ressurgit.

 

 

 

Je le sens déjà, là en moi

Cet incessant ver gras,

                        Dans ma viande pourrie

Qui creuse ma chair,

                        Lèche mon esprit,

Et tourne vers moi son enfer

                        Sans possible sortie.

 

 

 

Patiemment il me digère,

                        Nourrissant ma folie

Suce le jus à mes artères

                        Jusqu’à l’agonie

Et ne se calme qu’à l’éther

                        Soudain abruti,

D’un quelconque verre,

D’une bouteille

Ou je le rive aux fers

                        De son noueux appétit.

 

 

C’est pourquoi et pour lui que j’erre,

                        Perdu seul chaque soir

Là où le salut de ma dose m’est offert :

                        Au bois pourri des comptoirs