I

"Le Dieu fractionné"...(Poème spontané)

© Régis B.

(poème écrit d'une traite et sans rature un soir de fatigue sur un bout de nappe, non corrigé, j'ai préféré le laisser "brut de décoffrage" à votre appréciation. excusez en donc le coté "brouillon"... )

 

 

Je suis un monstre
Ange igné, de glaise achevé
Nourri du meilleur
Et capable du pire
Divin égoïste
Superbe dans son panache
Traître et cruel comme l'océan
Je broie les infidèles
Et chatie les innocents
Ma langue pourpre
De rubis épée
Ploie sous le verbe
Flamme chasseresse
Et terreur reine.
Je tue, mens et maudis
Ne respectant ni corps ni esprit
Et au fond de tout
C'est juste moi
Que je punis
Je suis un saint,
Baladin exalté
D'un amour impudique
Que je voue à tous
Terre
Hommes
Insectes et oiseaux
Tous mes frères
Pour qui je pourrais
Larme au ventre
Le grand sacrifice
Rien ne me blesse plus
Que le pleur du vieillard
Inconnu
Et le rire cruel de l'enfant
Je rêve paix
Et je fais guerre
Par excès de cet amour jaloux
Que je porte à tout
Toutes
Et tous...
Révolutionnaire
Je manie fleur
Et baïonnette
Flamboyant maladroit
Passionné
Excessif en tout
Sublime rêveur éveillé
Insomniaque fou
Au coeur vaste
Et mille fois
Perforé
Je suis les contraires
Courage de celui
Qui a tout perdu
Et infecte lâcheté
Généreux jusqu'a l'oubli
De ma chair de mon sang
Et cruel égoïste
Dévoreur de mondes
Voyageur infatigable
Toujours nombreux
Mais toujours seul
Je suis unique
Et banal à la fois
Si beau parfois
Souvent trop laid
On m'aime pour mon âme
Et je me hais
De n'etre pas cette âme
Immortelle et puérile
Qui m'habite
Qui suinte par mes yeux
Et coule au sol
Du désert imparfait
De ce monde bruit
Stupide et insensé
Je suis corps
Rachitique affamé
Libertin pathétique
Aux milles appétits
Toujours je veux
Jamais je ne puis
Je ris de mes farces
Et jouis de mes jeux
Dans les palais creux
Et humides
De femmes lascives
Qui me ressemblent
Elles me dévorent
Je suis jouet
Entre leurs doigts
Et complice révélé
D'elles je ne veux
Qu'une qui saurait
Accueillir mon sommeil
Larmes
Faiblesses
Orphelin
Pour elle je serais
Homme
Rapace loup
Et chien fidèle
Absolu amoureux
Gardien d'airain
De sa beauté fébrile
De la nature chef d'oeuvre
De ma vie cordeau
Par elle
Je serais réuni
Facette des fous
Vitrail brisé
Enfin conquis
Apaisé et serein
A ma vie un but
A mes rêves un sens
Jusqu'à fusion
De l'oeuf voulu
Au regard neuf
Riche de promesses
Pour dix siècles
Rire gamin
Joyeux jeune dieu
 
L'ai je trouvée?
 
O saint univers
Étonne moi....

         
         
         
         
       

 

© Régis B.