I

"Le Festin Cannibale"...(Poème gourmand)

© Régis B.

(version brute sans correction)

 

Tu  es là
Reine  de jaspe
Et  perle de sabbat
       Je suis là
       Pantin magnifique
       Et clown d’airain
L’orgueil  s’est dénudé
Riche  de nos odeurs fauves
La  table, déjà, est dressée
Et  dessus l’alcôve
Débute  le riche repas
De  nos amours neuves
Tu  es phare
       Je suis nuit
Nuit  blonde et slave
Percée  de tes feux
      Je suis ombre
Tu  es brasier
Brasier  païen et superbe
Que  ma nuit jalouse couve
A ma  gorge tes crocs
A  ton sein mes lèvres
Peau  contre peau
S’embrase  le rêve
Déjà  débute en ces lieux
Le  tendre péril de nos jeux
Ton  ventre un étal
Ma  bouche rose et pale
Mord  chairs et tendons
Mon  ventre animal
S’offre  impur et nuptial
En mâle  libation
 
Ma  lame fend et transperce
Telle  une plante carnivore
Et  tu te fais l’hôtesse
En  tes reins sans remords
Des  blonds aciers de mon désir
Ton  ventre est une forge
Ou  naissent les joyaux
Tu  es corps brasier aux cuisses ouvertes
Et  je suis le serpent mythique
Reflet  d’un reflet, vitrail hypnotique
Reptile  jaloux, lové en ton sein
Mouvant,  dansant
Dévorant  l’épaule, le sein opulent
Semant  le venin impudique
Nos  étreintes animales
Sont  fécondes et voraces
Tu  es femme au cœur pale
Fille  d’une très ancienne race
Ou  aucun fleuve, 
       Nos eaux se mêlent
Ou  aucun astre,
       La lumière perle
Au  milieu de tout le moment virginal
Qui  dit            Toi et Moi
                         Moi  et Toi
Le festin cannibale      
 
 

         
         
         
         
       

 

© Régis B.